• L'histoire

    Contrairement aux idées reçues, l’isolement est un problème qui ne touche pas uniquement les personnes âgées. Il concerne tous les âges et toutes les classes sociales. Selon des enquêtes réalisées par la Fondation de France en 2020 :

    • 7 millions de personnes se trouvaient en situation d’isolement, soit 14% des Français contre 9% en 2010.
    • 26% des français se sentent exclus, abandonnés ou inutiles et 70% des citadins reconnaissent avoir souffert de la solitude.

    C’est pour répondre à ce constat saisissant que Diane Dupré La Tour, ancienne journaliste économique, et Etienne Thouvenot, responsable innovation du groupe Seb, envisagent de monter ensemble une action qui favoriserait le partage et le lien social autour d’un repas.

     

    Cette réflexion sur la création d’une cantine de quartier prend forme en 2015 lors d’un atelier pratique du MOOC Ticket for Change « Devenir entrepreneur du changement » auquel les deux amis participent. A la suite de ce MOOC, en juillet 2015, l’association Les Petites Cantines voit le jour.

     

    Plaçant la réflexion collective au cœur du projet, avant de se lancer les deux compères participent à un forum d’associations lyonnais pour aller à la rencontre des habitants, recueillir leurs impressions et savoir si l’idée les séduits. Non seulement une centaine de Lyonnais, intéressés, fournissent leurs coordonnées, mais de plus, certains les encouragent à aller plus loin : pourquoi ne pas cuisiner les repas ensemble avant de les partager ?

     

    Afin de tester ce concept, durant l’hiver 2015-2016, l’association se fait prêter une salle dans le 9ème arrondissement de Lyon pour y organiser trois repas partagés. Premiers tests et premiers apprentissages. Les deux fondateurs constatent par exemple l’aspect trop « protocolaire » de leur organisation : tout est prêt et les tables sont mises lorsque les participants arrivent, ceux-ci se sentent alors un peu mal à l’aise et ont du mal à échanger.

     

    Aussi, afin de faciliter le lien entre les convives, les fondateurs décident de positionner dès le départ les participants comme des acteurs. Lors du deuxième repas, ils sont alors invités à mettre la table tous ensemble. Et ça fonctionne : la glace se brise, les gens échangent. Encouragés par les retours positifs, l’association envisage la suite : trouver un lieu définitif ainsi que des partenaires pour le financer.

     

    En 2016, la première cantine voit le jour dans le 9ème arrondissement de Lyon.

    Devant leur succès, le projet de créer d’autres structure est apparu comme une évidence.

     

    Puis deux autres suivent en 2018 dans les 2ème et 8ème arrondissements. Trois autres cantines ouvrent par la suite à Lille, Strasbourg et Annecy. En 2021, trois autres cantines voient le jour à Oullins, Metz et Paris. D’autres sont en projet à Macon, Privas et Grenoble.